Ce que signifient pour Vanier les nouvelles règles d’Ottawa sur les prêts sur le salaire

De nouveaux règlements municipaux visant les entreprises de prêts sur le salaire d’Ottawa imposent des limites additionnelles aux exploitants souhaitant ouvrir ce genre de commerce dans des collectivités comme celles de Vanier. Or, ces nouvelles restrictions n’auront vraisemblablement pas d’effets immédiats sur les institutions existantes de la région. 

Les conseillers municipaux sont d’avis que les nouveaux règlements – adoptés par le conseil à la fin de septembre – visent à freiner la croissance des nouvelles entreprises de prêts sur le salaire et à réduire le regroupement de ces commerces dans des endroits comme le couloir du chemin de Montréal. 

De façon particulière, les règlements imposent une distance minimale entre les commerces en exigeant que chaque entreprise de prêts sur le salaire soit à au moins un kilomètre les uns des autres. De plus, ces entreprises ne seront pas permises à moins de 300 mètres d’une école ou de 500 mètres d’un casino ou d’un hippodrome. 

D’autres modifications réglementent le type d’établissement à partir duquel les entreprises de prêts sur le salaire pourront être exploitées. En règle générale, ces entreprises pourront seulement être situées dans des espaces commerciaux sans occupation résidentielle. 

Dans de nombreux cas, ces nouvelles règles s’appliqueront seulement si le commerce de prêts sur le salaire est fermé et remplacé par un autre type d’entreprise. Les entreprises existantes ne seront pas assujetties aux nouvelles règles. En outre, si un de ces commerces ferme et est immédiatement remplacé par une autre entreprise de même type, le nouveau commerce peut être exploité selon les anciennes règles. 

À court terme, toutes les entreprises de prêts sur le salaire (nouvelles et existantes) devront obtenir un permis municipal. 

Il y a actuellement à Ottawa 54 entreprises de prêts sur le salaire détenant un permis provincial, une baisse par rapport aux 59 entreprises en activité en 2016. On retrouve neuf de ces commerces dans le district de Rideau-Vanier, dont cinq sur le chemin de Montréal. 

Ces nouveaux règlements municipaux viennent à la suite d’une autre décision du conseil touchant les entreprises de prêts sur le salaire à Vanier. Le Plan d’améliorations communautaires du chemin de Montréal, adopté par le conseil en mai, inclut une liste de commerces – dont des entreprises de prêts sur le salaire- inadmissibles à des subventions pour établir pignon sur rue le long du chemin de Montréal. 



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.