House of PainT ajoute de nouvelles couleurs urbaines à Vanier


Le partenariat de deux ans qu’a conclu la ZAC de Vanier avec l’organisme d’art urbain House of PainT amènera de la danse, de la musique et des graffitis colorés dans les rues du quartier.

Le partenariat de deux ans qu’a conclu la ZAC de Vanier avec l’organisme d’art urbain House of PainT amènera de la danse, de la musique et des graffitis colorés dans les rues du quartier.

Thomas Radford, gestionnaire du projet Mozaik, déclare que l’un des mandats de House of PainT est de diffuser les arts dans des zones mal desservies.
« Ce qui est génial à Vanier, c’est que les arts sont grandement soutenus », déclare M. Radford, ajoutant que le caractère abordable de Vanier pousse de nombreux artistes d’Ottawa à y élire domicile. Aussi, certaines lois de zonage intéressantes permettent la mise en œuvre de projets qui ne pourraient pas se tenir ailleurs, notamment celui de la plus grande murale d’Ottawa, peinte l’an passé au 261, chemin de Montréal dans le cadre du festival Mozaik.
Tout au long de la journée du samedi 11 août, à l’occasion de la deuxième édition annuelle du festival Mozaik, de la musique électronique et des peintures colorées attendaient les résidents et les visiteurs de Vanier.

Organisé par la ZAC de Vanier et House of PainT, Mozaik se voulait un exemple de la culture d’arts urbain qu’incarne House of PainT, explique M. Radford. L’événement s’est tenu dans un « espace récupéré » le long du chemin de Montréal, ce qui n’est pas sans rappeler les premiers jours du hip-hop.
« Ça ressemble un peu à notre propre version de ce phénomène. Nous avons dû trouver un espace, un terrain. Puis, nous y avons fait venir des artistes afin de créer quelque chose de spécial », dit-il.

Un des artistes ayant peint la murale, Kalkidan Assefa, était de retour cette année pour créer en direct un graffiti avec d’autres artistes locaux.
Des danseurs de House of PainT ses sont donnés en spectacle pendant près de deux heures sous un soleil de plomb au son de la musique de DJ Rise Ashen, en nomination aux Juno, ce qui a attiré des curieux et des photographes.

Nathalie Carrier, directrice générale de la ZAC de Vanier, a apporté sa contribution en participant à l’organisation de spectacles plus grands que nature pour le festival de cette année, son premier à la tête de l’organisme.

LaboKracBoom, un trio de théâtre montréalais, a fait plusieurs apparitions pendant la journée. Déguisés en travailleurs de la construction aux couleurs vives, ils ont amusé les enfants et les visiteurs avec leurs singeries sur des échasses ou sur de minuscules tricycles. Ils se sont à nouveau manifestés plus tard en soirée avec une impressionnante marionnette géante qui interagissait avec le public et dansait au son du spectacle de musique en direct.

La brasserie locale Dominion City, qui a récemment fait les manchettes grâce à sa campagne de financement Buck-A-Beer pour les réfugiés, vendait ses produits sur le site.

L’artiste Christopher Griffin orientait des membres de la communauté dans la création de petites tortues en argile, qui ont été cuites et placées le long du chemin de Montréal et de l’avenue Beechwood dans le cadre d’un projet qui a duré tout l’été. Quelque 300 tortues ont été cachées à ce jour afin de donner de la vie au quartier et de sensibiliser la population à des enjeux d’importance.

« Les gens réagissent immédiatement », dit-il. « Nous allons partout où il y a des gens. »
Dans les tentes, des artistes locaux, notamment Alex Barker et Dom Laporte, exécutaient des peintures en direct, offrant un aperçu des processus auxquels ils ont recours.

Des organisations de Vanier et d’ailleurs étaient sur place, dont l’Ontario Art Gallery et le CSC de Vanier, qui a gratuitement offert aux cyclistes des mises au point de leur vélo tout au long de la journée.

M. Radford affirme que Mozaik incarne ce qu’il aime de House of PainT et des arts urbains en général, soit une tentative de briser les stigmates sociaux associés à des endroits en particulier. De la même façon qu’il souhaite prouver qu’Ottawa n’est pas une ville ennuyante, il affirme que les quartiers comme Vanier ont beaucoup à offrir en matière d’arts, et il a hâte de voir d’autres événements de ce type.

« Mozaik a été génial », dit-il, ajoutant qu’il espère organiser plus souvent des événements cette année alors que le partenariat progresse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.